L’AG des arboriculteurs

Fruitiers

Le bilan financier est sain. «Pas de compte en Suisse !» s’amuse Roland Wirth qui prend la parole en tant que président intérimaire, le président en titre ayant démissionné. La plupart des sortants du conseil d’administration se représentent, en revanche. Ils sont confirmés par un vote à l’unanimité.

Quels projets pour 2013 ? En tête, le renouvellement de la Fête de la Pomme, qui aura lieu le 20 octobre de 9 h à 18 h. Cependant, elle sera désormais en alternance une année sur deux avec la Fête de la Broque, car la logistique est trop importante. La visite des expositions sera réservée les lundi et mardi suivants aux élèves du primaire de Bourg-Bruche et de Saâles. Il y aura par ailleurs une excursion, vers un beau jardin botanique. Bernard Metz, maire de la Grande Fosse, souligne la qualité du travail sur la biodiversité et rappelle le projet éolien. «Nous avons un territoire tendant vers l’excellence. On a beaucoup à gagner à mettre en avant notre patrimoine, même ordinaire». La tendance est au partenariat. Il y a quatre vergers conservatoires dans les alentours de Saâles : La Grande-Fosse, Roville-aux-Chênes, La Chapelle-aux-Bois et Isches (mirabelles et prunes). «On essaie de garder les fruits de la région» précise Jean-Pol Humbert, président du verger conservatoire de la Grande Fosse, avec lequel l’association des arbres fruitiers de Saâles va s’unir. Les liens sont déjà nombreux, Mario Pierrevelcin, par exemple, professeur à l’école d’horticulture de Roville, est membre du conseil d’administration de l’association de Saâles tandis que Jean-Pol Humbert y est conseiller municipal.

Jean Vogel, maire de Saâles, enchaîne : «Je vous remercie pour tout ce que vous faites. La récompense vient après une dizaine d’années de travail et de persévérance. C’est aussi l’image de Saâles que vous défendez et je ne peux que m’en féliciter.» Il ajoute qu’il a fait analyser le jus de pomme produit par le verger et qu’il a découvert avec plaisir qu’il contient 10 000 oracs (indice d’antioxydants) alors que les jus de raisins ou de myrtilles vendus en magasin n’en contiennent que 3 000 – il en faut 5 000 dans notre alimentation journalière. «Donc, buvez le jus de pomme de Saâles ! »

L’assemblée s’achève sur un appel du président : «Nous sommes une génération vieillissante. Les arbres grandissent. Le sentier des vergers est long. Il nous faut porter les échelles et nous ne pourrons le faire éternellement. Comment associer les jeunes ?» Il faudra en effet trouver une solution afin que cette belle réalisation perdure. (DNA-30.04.2013)