Projet éolien, suite …

EolienneUn temps divisée quant à l’attitude à adopter concernant le projet éolien du plateau de Belfays (dix aérogénérateurs dont deux à Saâles), Alsace Nature abandonne finalement les recours qu’elle avait introduits contre la révision du POS de Saâles d’une part et contre le permis de construire d’autre part. « Nous avons trouvé un accord avec EDF-Energies Nouvelles (N.D.L.R. : le développeur), indique Maurice Wintz, président d’Alsace Nature concernant la stratégie de bridage des éoliennes pour la protection des chauves-souris. Et nous avons demandé que ces prescriptions soient incluses dans l’arrêté d’autorisation au titre des installations classées ».

Les périodes ainsi que les vitesses de vent pendant lesquelles les éoliennes devront être arrêtées pour ne pas porter atteinte aux populations de chiroptères ont ainsi été définies « avec une perte de 4 % de la production énergétique, confirme Jean Vogel, maire de Saâles. Mais il s’agit là d’un scénario catastrophe : les Allemands ont réussi à contenir les pertes à moins de 2 %. Nous allons mener un programme de recherche et développement pour affiner le bridage et l’optimiser ».

Il détaille également les mesures compensatoires négociées : des îlots de sénescence dans la forêt, la gestion de la carrière de Saâles confiée au conservatoire des sites alsaciens ou les aides financières à la protection des sites de reproduction des chauves-souris.

Avec l’abandon de ces deux recours, l’avenir du projet s’éclaircit grandement. Le seul obstacle restant est l’action introduite en Lorraine par l’association anti-éolienne Rabodeau Environnement. Elle sera examinée par le tribunal administratif de Nancy. Sur le fond, ce dernier recours n’inquiète guère Jean Vogel mais en attendant le jugement, le projet est retardé d’autant. Au pire, selon ses prévisions, les éoliennes du plateau de Belfays ne tourneront qu’en 2015. Au mieux, avant la fin de l’année prochaine. (Simone Wehrung)