Les élus du massif vosgien mobilisés plus de deux heures pour un « blocage » pacifique de quatre cols

Les élus du massif vosgien se sont mobilisés mardi 04 novembre en fin de matinée pour réaliser le « blocage » de quatre cols (Bussang, Le Bonhomme, Saâles et Le Hantz). Ils souhaitaient convaincre l’État de réduire le trafic des poids lourds dans ces zones.

Saales 1

Saales 2

 

 

 

 

 

 

 

A Saâles, la mobilisation a démarré avec un discours de « sensibilisation » de Jean Vogel, le maire de la commune. Les élus se sont ensuite rendus à pied en direction de l’entrée du village, pour réaliser l’opération de « blocage ». La levée du blocage du col est intervenue vers 13h15.

Peu de poids lourds ont été bloqués, en raison du dispositif mis en place par les gendarmes.

Au col du Hantz, une quarantaine de personnes ont manifesté. Le groupe était composé essentiellement d’élus vosgiens des vallées de la Plaine et du Rabodeau, avec à leur tête le conseiller général de Senones, Jean-Luc Beverina. Seuls les véhicules légers pouvaient franchir le col, après distribution d’un tract d’information.

Hantz 2Hantz 1

Bussang, une petite cinquantaine d’élus et représentants du monde associatif ont participé à l’opération qui s’est déroulée dans le calme. Une dizaine de poids lourds ont été bloqués côté alsacien.

Au Col du Bonhomme, 80 à 100 manifestants se sont mobilisés. Les poids lourds ont été bloqués sur les deux versants mais l’opération s’est également déroulée dans le calme.

Les manifestants d’aujourd’hui avancent des chiffres lourds. Selon eux, de 1 000 à 1 200 camions empruntent quotidiennement les trois principaux cols vosgiens, ceux de Bussang, du Bonhomme et de Saâles, alors que plus de la moitié d’entre eux n’ont rien à faire là.

Les élus de l’association du massif vosgien (AMV) verraient d’un bon œil le tarif du tunnel Maurice-Lemaire, jugé prohibitif, baisser d’un cran. Mais la donne est complexe, puisque l’État, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, les Vosges et la Meurthe-et-Moselle sont concernés, tout comme les autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) qui gèrent le tunnel.