Saales, le bulletin municipal, fête ses 20 ans !!!

Le Grain de Sel fête ce mois-ci ses 20 ans et son 61 ième numéro (novembre 2015).

A cette occasion, une petite fête a eu lieu en mairie, réunissant tous les acteurs de cette publication

20 ans que des bénévoles rédigent, mettent en pages, agrafent, distribuent ce journal municipal.

Un grand merci à tous ceux qui ont mis la main à la pâte depuis 1995.

La sortie du numéro 61 de Grain de Sel marquera les 20 ans du bulletin municipal de Saâles. Un petit journal indispensable à la cohésion sociale et auquel les Saâlois sont attachés.

« Au début, explique Jean Vogel, maire de Saâles, il y avait deux ou trois rédacteurs, petit à petit un comité de rédaction s’est mis en place et c’est Raymond Froehlicher alors adjoint qui a pris la tête de ce comité et ce pendant près de 15 ans. »

Le nom « grain de sel » est en rapport avec l’histoire de Saâles.

On a voulu donner un certain dynamisme aux événements locaux… puis on a étendu le contenu de notre bulletin d’information tout en gardant les rubriques qui perdurent depuis 15 ou 20 ans, comme Monsieur Météo, de Gilbert Frering (correspondant de « météo France »), Brin de Jasette (échange de recettes, idées, astuces, tout ce qui peut se partager entre Saâlois) ou les nouvelles de Chris Doll, la mémoire de Saâles.

Chaque événement important touchant la vie de Saâles a été commenté par les enfants de l’école primaire de façon amusante et touchante. Le moteur qui anime, les bénévoles du grain de sel, c’est faire connaître Saâles aux Saâlois et développer cette commune à l’histoire riche et au patrimoine important. Il faut entretenir le “ciment entre les Saâlois “. »

Christiane Doll, originaire de Saâles qu’elle a quitté en 1957, se souvient de tout : « Depuis mon pre-mier article en octobre 2000 intitulé « mon village », j’aime raconter mes souvenirs de la vie à Saâles, le quotidien, les fêtes, les événements qui ont jalonné mon enfance jusqu’à mon mariage en 1957. Souvent un événement actuel me fait penser à un fait d’autrefois, je fais le lien et j’écris… J’ai plusieurs articles d’avance… Et tout ce que je dis est vrai », dit-elle en riant.

Depuis neuf mois, un nouveau rédacteur a pris la plume pour raconter lui aussi ses souvenirs : Charles Louis Jacquot, 88 ans, résident à la maison de retraite du village. « Je suis né à Saâles et ma famille est saâloise depuis plusieurs générations. Mon grand-père maternel faisait la diligence entre Saâles et Saint-Dié. J’ai écrit mes mémoires et dans les mois qui suivent, si je suis encore là, je les dévoilerai au fur et à mesure. Mais je veux que ce soit une surprise… »

 

Jean Vogel souligne que le bulletin est entièrement fait en mairie, qu’il est distribué par des bénévoles et les trois numéros qui sortent par an sont visibles sur internet et grâce aux Saâlois vivant hors de nos frontières, il peut être lu dans le monde entier. Ainsi un article de février 2000 sur la tempête était repris dans les Dernières nouvelles… du Maine (USA) !

« Cette revue, poursuit le maire, a un grand avantage : elle tue les rumeurs et permet de recadrer les « on-dit » sur des sujets sensibles comme par exemple lors de l’incendie de l’école l’hiver dernier. »

Chacun peut trouver un élément propre à la vie de la commune qui l’intéresse particulièrement… et il s’en passe des choses à Saâles. De 25 pages au début, c’est près de 40 pages aujourd’hui.

Grain de Sel est lu dans les communes voisines ainsi qu’à la maison de retraite de Saâles où il n’est pas question d’oublier de déposer quelques exemplaires.

« Ma grande satisfaction, termine Jean Vogel, c’est que Bourg-Bruche et Ranrupt ont créé à l’exemple de Grain de Sel leur propre bulletin municipal. La communication et l’information, sont indispensables au bien-être du citoyen, c’est le moyen le plus sûr pour sortir de l’isolement, surtout lorsque l’on vit éloigné des grandes agglomérations. Un bulletin municipal, c’est une identité qui permet à chacun d’apprécier son appartenance à une communauté bien précise : celle de son village.

Le nom Grain de Sel vient du fait que Saâles se trouvait sur la route du Sel (la via Salinatorum) qui allait de Lorraine jusqu’en plaine d’Alsace (Les Romains salaient le cochon en Alsace puis les acheminaient jusqu’à Rome). Jusqu’en 1945, l’emblème de Saâles était une étoile d’or à cinq branches représentant le cristal de sel.

retrouvez le n° 61 du grain de sel dans l’onglet « Mairie, le grain de sel » ainsi que les numéros précédents.

IMG_0430 - Copie