Les éoliennes du plateau de Belfays

photo éolienne (300x120)

Ce projet consistera en la mise en place de 10 éoliennes de 2MGW, soit 20 MGW pour le parc éolien (de quoi alimenter en électricité près de 15000 foyers de notre territoire) :

  • cinq d’entre elles seront installées à CHÂTAS,
  • trois à LA GRANDE FOSSE
  • et deux à SAÂLES.

Tout au long du projet une communication systématique a été faite par voie de presse et par le biais des bulletins municipaux, d’autre part, notre projet a bénéficié de couverture par les radios nationales et locales ainsi que par Fr 3 et Image +.

Ainsi nos habitants ont-ils été tenus au courant du projet de Belfays dès le début et ont-ils pu suivre toutes ses évolutions.

Ce projet, que nous avons initié avec le soutien massif de la population, a été mené en toute transparence et dans un souci d’exemplarité en matière de concertation et de prise en compte des enjeux.

C’est un projet qui scelle une solidarité sans faille des six communes, solidarité allant au-delà des limites administratives, ne voyant que l’intérêt général d’un territoire rural sinistré.

Palier par palier et au gré des changements de loi, nous avons répondu aux réserves des uns, aux questions des autres et aux exigences de la loi, ce qui explique un projet évolutif dans le temps.

Ce projet sera aussi innovant en ce qu’il comportera un volet d’actionnariat populaire pour deux éoliennes avec la création d’une Société d’Economie Mixte alliant collectivités et habitants du Territoire en partenariat avec Energie Partagée.

Avec enthousiasme et détermination,
nous mènerons à bout ce projet qu’attendent impatiemment nos habitants.

Contexte

Depuis 1995, les communes de SAÂLES et de LA GRANDE FOSSE mènent toutes deux des politiques sous l’égide du développement durable avec différents volets :

  • le volet paysager
  • le volet urbanisme
  • le volet biodiversité avec une politique « Vergers » :
    préservation des variétés fruitières de moyenne montagne par

    • la création d’un Sentier des Vergers à SAÂLES
    • et d’un Verger conservatoire départemental à LA GRANDE FOSSE.

Tout naturellement cette politique s’est poursuivie dans les années 2000 par un volet énergie,

  • avec la construction d’une chaufferie bois à SAÂLES, en 2001,
  • et de deux centrales photovoltaïques, en 2009,
    • l’une sur la chaufferie-bois de SAÂLES,
    • l’autre sur l’église de LA GRANDE FOSSE.

Un effort de sensibilisation de la population pour une meilleure maîtrise de la consommation d’énergie a été mené dans les deux villages, à La Grande Fosse dans le cadre d’une opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH) avec un volet énergie, une première dans les Vosges en 2004.

Grâce au Pays de la Déodatie, un bilan énergétique des bâtiments communaux de LA GRANDE FOSSE a été effectué en 2006/2007, suivi de travaux.

C’est dans ce contexte global et dans le souci de répondre localement aux exigences des accords de Kyoto, contribution modeste mais exemplaire parce que venant d’un coin du massif réputé pauvre, que dès 2003, les deux communes, chacune de leur côté,  ont décidé de réfléchir à moyenne et longue échéance aux problèmes d’énergie que les communes et leurs habitants auront à confronter à l’avenir, à l’intérêt de la diversification et de la relocalisation de la production énergétique avec entre autre la question du potentiel éolien sur le territoire.

Historique

Après des réunions préparatoires, en juin et en septembre 2004, nous sollicitons SIIF Energies (Filiale d’EDF pour l’Eolien) pour mener une étude pré-diagnostic éolien dans le cadre du partenariat entre l’ANEM (Association des Elus de montagne) et EDF, sur un territoire allant du BAN de SAPT (88) à URBEIS (67), territoire touchant douze communes.

Le 29 juin 2005, le rendu de l’étude cible et confirme un potentiel sur le Massif de Belfays 
(six communes concernées).

Les communes du BAN de SAPT, de CHÂTAS, de GRANDRUPT et de SAINT-STAIL nous rejoignent et nous décidons de choisir SIFF Energies, bientôt EDF Energies Nouvelles comme opérateur du projet.

 

Les réunions de travail se succèdent, associant partenaires institutionnels et acteurs du territoire, les Chasseurs, l’ONF, le Club Vosgien, les environnementalistes avec Alsace Nature et Vosges Ecologie, Alter-Alsace Energies, l’Espace Info-Energie de Saint-Dié des Vosges ainsi que le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, la Commune de LA GRANDE FOSSE se situant à l’extrême nord du Parc.

Eoliennes (600x255)

 

Zone d’implantation des éoliennes

 

40_entree_nord_est_Saales_PANO_FLECHES (640x154)

Vue depuis l’entrée du village de Saâles

En 2006 :

premières réunions publiques à GRANDRUPT, LA GRANDE FOSSE et SAÂLES et pose d’un mât de mesure de 50 m à CHÂTAS et

  • le 15 mai : présentation de notre projet aux Sous-préfets de Molsheim(67) et Saint-Dié des Vosges(88),
  • le 27 juillet : dépôt de notre première demande de création de Zone de Développement Eolien,
  • le 22 septembre : réception d’un courrier d’irrecevabilité demandant un complément d’étude paysagère, suivi d’une réunion, le 21 novembre, en Sous-préfecture.

 

En 2007 :

le 12 janvier, audition par le Pôle Eolien du Bas-Rhin et commande de l’étude paysagère au Bureau d’étude Ecoscop avec un rendu le 7 juillet 2007,

création de l’Association anti-éolienne Rabodeau-Environnement, basée à Senones, en limite de territoire, dont le seul objet est l’arrêt du projet.

Les évènements se succèdent :

  • 18 juillet : passage devant le Pôle Eolien des Vosges,
  • 30 juillet : dépôt de notre nouvelle demande de création de ZDE,
  • 25 septembre: passage devant le Pôle Eolien du Bas-Rhin,
  • 22 octobre : passage devant la Commission des Sites des Vosges,
  • 24 octobre : passage devant le Pôle Eolien des Vosges.

En 2008 :

  • 8 février : création de la ZDE suite à un arrêté préfectoral interdépartemental et dépôt, par Rabodeau Environnement d’un recours auprès du Conseil d’Etat,
  • le 28 mars : grande réunion publique en Mairie de SAÂLES et étude d’impact confiée à Ecoscop,
  • le 14 octobre : nouveau passage devant le Pôle Eolien des Vosges.

En 2009 :

  • le 18 juin : réunion sur le projet en Sous-préfecture de SAINT- DIE des VOSGES et, le même mois, réunions publiques à SAÂLES, La GRANDE FOSSE, BAN de SAPT et GRANDRUPT/SAINT STAIL,
  • le 1e juillet : réunion à SAÂLES et longue visite sur le terrain par le Pôle Eolien interdépartemental.

Un deuxième mât de mesure de 80m est installé sur le futur lieu d’emplacement des deux éoliennes de SAÂLES.

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

En 2010 :

  • création d’une Fédération des Elus alsaciens et vosgiens porteurs de projets éoliens,
  • le 16 avril, rejet par le Conseil d’Etat des cinq points de recours de Rabodeau Environnement concernant la ZDE.

En 2011 :

  • dépôt des demandes de permis pour 10 éoliennes par EDF/EN et obtention des arrêtés de défrichement côtés alsacien et vosgien ainsi que de l’arrêté d’enquête publique.
    Celle-ci se tient du 3 octobre au 3 novembre dans les mairies concernées (SAÂLES, LA GRANDE FOSSE, GRANDRUPT et CHÂTAS) 

En 2012 :

Après un dernier passage devant les Commissions des Sites et des Paysages vosgienne et bas-rhinoise qui statuent en faveur du projet,

nous obtenons enfin le permis de construire en février 2012

mais Rabodeau Environnement dépose un recours dont nous attendons impatiemment l’instruction par le Tribunal Administratif.

En 2013 :

Un temps divisée quant à l’attitude à adopter concernant le projet éolien du plateau de Belfays (dix aérogénérateurs dont deux à Saâles), Alsace Nature abandonne finalement les recours qu’elle avait introduits contre la révision du POS de Saâles d’une part et contre le permis de construire d’autre part. « Nous avons trouvé un accord avec EDF-Energies Nouvelles (N.D.L.R. : le développeur), indique Maurice Wintz, président d’Alsace Nature concernant la stratégie de bridage des éoliennes pour la protection des chauves-souris. Et nous avons demandé que ces prescriptions soient incluses dans l’arrêté d’autorisation au titre des installations classées ».

Les périodes ainsi que les vitesses de vent pendant lesquelles les éoliennes devront être arrêtées pour ne pas porter atteinte aux populations de chiroptères ont ainsi été définies « avec une perte de 4 % de la production énergétique, confirme Jean Vogel, maire de Saâles. Mais il s’agit là d’un scénario catastrophe : les Allemands ont réussi à contenir les pertes à moins de 2 %. Nous allons mener un programme de recherche et développement pour affiner le bridage et l’optimiser ».

Il détaille également les mesures compensatoires négociées : des îlots de sénescence dans la forêt, la gestion de la carrière de Saâles confiée au conservatoire des sites alsaciens ou les aides financières à la protection des sites de reproduction des chauves-souris.

Avec l’abandon de ces deux recours, l’avenir du projet s’éclaircit grandement. Le seul obstacle restant est l’action introduite en Lorraine par l’association anti-éolienne Rabodeau Environnement. Elle sera examinée par le tribunal administratif de Nancy. Sur le fond, ce dernier recours n’inquiète guère Jean Vogel mais en attendant le jugement, le projet est retardé d’autant. Au pire, selon ses prévisions, les éoliennes du plateau de Belfays ne tourneront qu’en 2015. Au mieux, avant la fin de l’année prochaine. (Simone Wehrung)

En 2014 :

Saâles Projet éolien, le feu passe au vert

Le tribunal administratif de Nancy a débouté l’association Rabodeau environnement de sa demande d’annulation de permis de construire du parc éolien du plateau de Belfays.

Le dernier obstacle au projet d’éoliennes au plateau de Belfays vient de sauter : les juges du tribunal administratif de Nancy ont donné tort à l’association vosgienne Rabodeau Environnement qui demandait l’annulation du permis de construire.

Les arguments avancés de nuisances sonores ou de dégradation des paysages n’ont pas convaincu le tribunal qui, en déboutant l’association, met fin au dernier recours qui empêchait encore le projet, vieux de 10 ans, de se réaliser.

Les dix éoliennes sur le plateau de Belfays, à cheval entre Vosges et Bas-Rhin, sur les hauteurs de Saâles dans la haute vallée de la Bruche, vont donc pouvoir voir le jour. Les opérations de défrichement démarreront cette année pour une mise en service attendue courant 2015.

En attendant explique Jean Vogel, maire de Saâles, nous allons monter l’actionnariat populaire au travers d’une « SEM » (société d’économie mixte). Il est prévu que deux des dix éoliennes soient propriété des collectivités locales porteuses du projet (à hauteur de 51 %) et d’actionnaires privés (habitants, gaz de Barr,…) avec l’appui financier, technique et juridique de fond Energie Partagée Investissement.

Il restera également à finaliser la convention avec le développeur EDF Energies Nouvelles mais là aussi, les principales modalités sont déjà définies, y compris la stratégie de bridage des aérogénérateurs pour la protection des chauves-souris. Par SW le 10/01/2014 (DNA)

En 2015:

Négociations avec les turbiniers afin de définir le type d’éoliennes adéquates.

En 2016:

Présentation des travaux a effectuer lors de réunions publiques

Début des travaux:

  • Création d’une base vie

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar
  • Début du défrichement

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar
  • Voiries, plateformes et réseaux enterrés

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar
  • Massifs de fondation

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar